vendredi 29 septembre 2017

[Chronique] Marquer les ombres - Veronica Roth

Auteur : Veronica Roth
Pages : 464
Titre original : Carve the mark
Prix : 17,95€(papier), 13,99€(numérique)

Dans cette série, ce livre est le tome : 
• Marquer les ombres
• The Fates Divide

Résumé : Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un "don", un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables. Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s'aider... ou décider de se détruire.




"L'ennui, avec les gens persuadés d'être des monstres, c'est qu'ils vous soupçonnent de mentir dès que vous ne les voyez pas comme eux se voient."




   On commence l'histoire en découvrant le personnage d'Akos dans sa jeunesse, lors d'une cérémonie réalisée par son peuple. Cela nous permet alors de connaître les quelques relations qu'il entretient ainsi qu'une partie de la culture de la population à laquelle il appartient. Dès le second chapitre, l'action débute, et nous entraîne vers le récit qu'on va suivre, le sien en compagnie de Cyra. On suit cette dernière dans le chapitre suivant, et dès lors, on aura une alternance de leurs deux points de vue le long du roman, de manière irrégulière, en fonction des besoins du récit.

   J'avais adoré la saga "Divergente" de l'autrice, et dès l'annonce de la sortie d'une nouvelle oeuvre de sa part, j'ai voulu en savoir plus. J'ai eu un peu de mal au début, mais au fil des pages, la tension et l'action s'intensifient pour nous donner l'histoire de ces deux personnages, ainsi que celles d'autres.
   Dès lors, cela devient alors prenant, on veut savoir ce qu'il advient d'eux à chaque instant, tandis que les moments de suspense et mouvementés deviennent plus forts. Il est alors difficile de lâcher le fil de l'histoire, afin d'en connaître la résolution. Néanmoins, Veronica Roth a aussi su créer des moments plus calmes, afin de souffler et pour permettre à ses personnages de se poser un peu avant de repartir dans leur aventure. Ces moments sont alors tout aussi importants que les moments intenses dans la construction de la relation entre Akos et Cyra.

   Ces derniers m'ont d'ailleurs énormément touchée, et ce pour des raisons différentes. Akos est je pense mon personnage préféré, il essaye d'avoir le moins recours possible à la violence, alors que la vie a été peu tendre à son égard à de nombreuses reprises. On sent que c'est un personnage extrêmement sensible, à certains endroits en lui brisé, tandis qu'il garde le plus possible espoir. Il m'a plu dans son entièreté, et ce je pense, quasiment à chaque instant. Cyra m'a elle aussi beaucoup touché, dans la construction de sa personnalité, dans le fait qu'elle est dû grandir plus vite qu'elle ne l'aurait dû à cause de son don. Sa manière de penser, et plus particulièrement dans son évolution, dans la seconde partie du livre m'ont vraiment plu. Cela a alors donné une relation entre ces deux personnages que j'ai trouvé belle, simple et complexe à la fois.
   Ces deux protagonistes sont aussi entourés de nombreux autres personnages. On retrouve notamment Ryzek, sombre dirigeant des Shotet, dont l'on peut éventuellement comprendre le façonnement de sa personnalité, mais que l'on ne peut s'empêcher de détester pour sa cruauté, Eijeh, que l'on voit peu mais de manière parfois alarmante, Cisi, la soeur d'Akos, l'oracle Sifa, ainsi qu'encore bien d'autres qui ont chacun une place dans le récit.

   Il faut le dire, l'histoire est extrêmement différente de celle décrite dans la saga "Divergente", mais on le sait dès le résumé. J'ai néanmoins vraiment apprécié ce roman, que je ne regrette pas avoir découvert. L'idée des dons qui peuvent être considérés comme des malédictions autant que des bénédictions est véritablement intéressante, et l'autrice a su créé un monde propre à elle, avec des croyances, des marchés, des politiques, des modes de vie bien spécifiques pour former un univers original. Cela apporte plus de sens et de crédibilité bénéfiques pour l'immersion dans cet ensemble, bien qu'on sait peu de choses sur une bonne partie des planètes existantes, et vraiment pas assez sur la fameuse Assemblée qui a pourtant l'air de tenir un rôle crucial.
   On retrouve dans le livre des éléments propres à la plupart des romans de la science-fiction, comme par exemple le voyage dans l'espace, une technologie inexistante dans notre propre monde, ainsi que d'autres, et nous imprègnent d'autant mieux dans cet univers différent du nôtre.

   Pour la fin, on arrive dans un moment intense voire suffoquant quand on s'imagine être à la place des personnages, mais aussi empli de tout un tas d'émotions, que ce soit l'appréhension, la tristesse, la surprise ou encore l'espoir. Mais surtout, on fera face lors des dernières lignes, qui ne laissent pas de doute quant au fait qu'il y aura une suite, ce qui est confirmé par le titre original du livre "Carve the mark, Volume I", à une révélation importante qui nous laisse dans l'attente d'une suite certaine. On reste avec plusieurs questions sans réponses, que l'on voudrait alors obtenir dans un second tome dans lequel on ne sait pas du tout à quoi s'attendre.


   En conclusion, ce livre, avec lequel j'ai d'abord eu du mal à m'attacher, m'a réellement plu par la suite, par l'histoire mais aussi par les personnages. Ces derniers m'ont marqué et touché, j'ai pris beaucoup de plaisir à les suivre pour les connaître le plus possible. De même, l'univers créé par l'autrice est intéressant et bien construit, bien que l'on sait en revanche peu de choses à propos de certaines planètes et plus particulièrement à propos de l'Assemblée qui les dirigent. J'attends alors avec impatience le second tome de cette série, afin d'en savoir plus sur cette organisation dont j'espère en savoir plus, sur la situation des différents personnages que l'on devine non figée, ainsi que sur la révélation à laquelle on assiste à la fin, laissant présager une suite que l'on escompte aussi bonne.